LE BOURGEOIS GENTILHOMME

Samedi 21 mai à 21 h
durée : 1 h 30


crédit photo : Elian Bachini

Issue des Cartouns Sardines qui nous ont enchantés tant de fois, L’Agence de Voyages Imaginaires nous propose un Bourgeois Gentilhomme inattendu, détonant et époustouflant : une féerie musicale protéiforme sur l’ambition bourgeoise de tout acquérir à prix d’argent, même le bonheur, jouée en direct par des machines, des marionnettes et des hommes.
  La pièce commence par des vœux poétiques ou dans l’air du temps : «J’aimerais bien avoir un téléphone portable à écran super tactile!».Quel rapport avec Monsieur Jourdain, ce parvenu pas vraiment odieux mais ô combien ridicule? C’est que Monsieur Jourdain rêve sa vie. Il fait des vœux lui aussi, et l’argent - croit-il - pourvoira à son manque de culture, d’éducation et de goût.
   La mise en scène de Philippe Car navigue entre tradition et ultra modernisme : elle utilise aussi bien le Bunraku, art traditionnel japonais de grandes marionnettes, que la culture robotique. Elle illustre ainsi de façon magistrale le jeu de masques dénoncé par Molière.
   « Spectacle pour pantins, robot, acteurs et manipulateurs » : le théâtre que défendent Philippe Car et sa compagnie est un art total, digne héritier de la comédie-ballet du Grand- Siècle, « un véritable feu d'artifice de comique et d'esprit ».

Ce  Bourgeois  délirant est donc à voir absolument, exemple magnifique d’une adaptation originale et totalement réussie, plaisir des yeux et des oreilles, vrai plaisir de théâtre. Cette compagnie a du corps et du coffre, de l’allant et de l’élan.
La Marseillaise
Attention, high voltage en perspective. La mise en scène de Philippe Car décoiffe sérieusement. Hommage au « maître » Molière : la démesure dans l’humour est portée à son paroxysme ; le tempo est celui d’une comédie musicale et l’on oublie que les marionnettes sont manipulées par des comédiens. Furieusement moderne. On a encore le délice d’être surpris.
Ventilo

vers le haut de page