ON NE PAIE PAS ! ON NE PAIE PAS !

mardi 9 octobre 2012 - durée : 2 h 05


crédit photo : Julien Correc

Années 70, banlieue de Milan, un supermarché. Un millier de femmes, ulcérées par la montée des prix, se regroupent puis se mettent à crier, en choeur : « On ne paie pas ! On ne paie pas ! » ; et totalement galvanisées, ces (jusque-là) tranquilles ménagères mettent à sac la grande surface. Antonia a pris part à cette révolte spontanée. Rentrée chez elle les bras surchargés de provisions, elle s’enlise dans une suite de mensonges et d’acrobaties invraisemblables pour ne pas devoir avouer ce vol à son époux.
 Créée en 1974 et réactualisée en 2009 par le Prix Nobel de littérature italien, cette farce politique n’a pas pris une ride. Courses-poursuites, quiproquos, rencontres improbables et situations abracadabrantes dénoncent les dysfonctionnements d’une société en crise dans laquelle rapports d’oppression, profit et spéculation ont acculé les classes moyennes à l’indignité.
 Tout contribue à la jubilation du spectateur : décors acidulés, mise en scène dynamique et virevoltante, rythme d’enfer et personnages hauts en couleurs incarnés par cinq comédiens hors pair.
 Pour s’indigner en riant. A voir absolument !

Rouxel s'est offert une belle brochette d'allumé(e)s des planches, qui tiennent la cadence sur plus de deux heures de gags, d'énormités, de cris et de barrissements.
Ouest-France
On rit beaucoup, on rit sans retenue et sans malice, sans se tordre le cerveau, sans chercher de complications, simplement on rit et cela fait du bien dans ces temps troublés...
Saint Nazaire.Net