LES FOURBERIES DE SCAPIN

Vendredi 12 avril - durée : 1h 40


crédit photo : Bernard-Michel Palazon

Scapin, le valet insolent et roublard, et le fameux « Mais que diable allait-il faire dans cette galère?» habitent nos mémoires. (Re)découvrons-les dans ce spectacle réjouissant qui débusque, hier comme aujourd'hui, la bêtise, les difficultés, les cruautés du monde : mêmes inégalités sociales abyssales, même recours au système D. On abandonne, on se fait voler ses enfants, les familles se recomposent, on assassine, on trompe, on frappe. Et toujours argent, amour, plaisirs mènent la danse. Rien de bien drôle. Sauf cette violence inimaginable qui, ici, ne fait jamais peur ni mal. « Cartoon» avant l'heure, la pièce réjouit car elle n'épargne personne. On y contemple avec hilarité les mécanismes de survie de l'espèce humaine.
 Christophe Thiry, artiste complet, est un fervent défenseur d'un théâtre intergénérationnel ouvert sur tous les publics . Alliant dans son travail modernité et tradition, il propose une (re)découverte des grands classiques pour notre plus grand plaisir.
  Cordages, bouées, caisses et tonneaux, échelles et passerelles dessinent au fil des actes un quai, un entrepôt, une rade, lieux de passage propices aux rencontres, aux pièges et aux surprises.
 La mise en scène chorégraphique, le rythme enfiévré, le jeu très physique des comédiens et un Scapin époustouflant mettent le feu aux planches
 

Des comédiens rompus à l'art de la danse, du chant, des marionnettes géantes et des masques. Ce spectacle nous ramène à l'essence même du théâtre. Art sacré qui nous laisse ébahis, éblouis et transformés.
L'Avant-scène
Christophe Thiry sait être metteur en scène virtuose, imaginer des scènes baroques et féériques, diriger ses comédiens avec grâce.
Télérama