« 

La Pensée

samedi 5 mai
durée : 1h30
  »

d'après une nouvelle de Leonid Andreïev
par la compagnie Forage (Auvergne-Rhône-Alpes)

crédit photo : Alain Denisse

Conception et jeu : Olivier Werner 
Co-Traduction : Galina Michkovitch
Collaboration artistique Urszula Mikos 
Scénographie : Jean Crouzet
Régie Mali Van Valenberg 

avec le soutien du Conseil Départemental de la Drôme

Meurtrier de son meilleur ami, le Dr Ker­jentsev est interné dans un hôpital psychiatrique. De sa chambre, il s’adresse aux experts médicaux chargés d’observer son état mental et d’écrire un rapport qui permettra de statuer sur son sort : l’asile ou la prison à vie. En sa qua­lité de médecin, il se livre à un examen méticuleux du fonctionnement de sa propre pen­sée.
L’acteur fait les cent pas. Comme un lion en cage. Il fouille l’espace pour y trouver quelque chose qu’il a perdu. Il s’interroge. Est-il fou ? Est-il lucide ? Sa pensée, juste, précise, plane au-dessus d’un abîme.
La question posée est vertigineuse et le jeu du comédien fascinant.;

Un jeu d’esprit troublant, une perte de repères inquiétante, une partition que manie avec beaucoup de souplesse et d’intensité Olivier Werner dans ce seul en scène. 
L’Écho
Sobre et intimiste, le seul en scène fonctionne comme le plus captivant des thrillers. (…) C’est cette frontière poreuse, mouvante, entre folie et lucidité, qui rend la performance d’Olivier Werner fascinante.
Le Soir
L'acteur relève le défi d'un monologue d'une heure quarante dont on ne perd pas une seconde, avec une énergie et une présence tout bonnement époustouflantes. 
Rue du Théâtre