« 

Labio de Liebre
BEC-DE-LIÈVRE (vengeance ou pardon)

Mardi 21 novembre
durée : 1h15
  »

de Fabio Rubiano Orjuela

crédit photo : Juan Antonio Monsalve

par le Teatro Petra (Colombie)
mise en scène : Fabio Rubiano
Avec le soutien de l'Onda - Office national de diffusion artistique


Manifestation organisée dans le cadre de l’année France-Colombie
Spectacle en espagnol surtitré

avec Ana María Cuéllar, Liliana Escobar, Fabio Rubiano, Biassini Segura, Jacques Toukhmanian, Marcela Valencia
Direction artistique : Laura Villegas, Juliana Revelo (tournée)
Musique : Camilo Sanabria
Lumière : Adelio Leiva, Leonardo Murcia
Costumes et accessoires : Servando Díaz, William de Jesús Mejía
Scénographie : Henry Alarcón
Assistant à la mise en scène : Jonatán Cabrera
Coproduction : Teatro Petra, Teatro Colón (Bogotá – Colombie)

Pendant la guerre, Salvo Castello a collaboré à des massacres, par conviction, rage ou vengeance. Il le regrette. Comme dans une tragédie shakespearienne, le voici face aux fantômes de son passé et à ses victimes...
Comment faire entendre les voix des victimes et des bourreaux sans recourir aux discours partisans ? Fabio Rubiano, auteur, metteur en scène et acteur colombien, s'interroge. La question se pose partout où il y a eu ou existent encore des histoires de guerre, de vengeance ou -plus difficile- de pardon.
Spectacle d'une grande exigence artistique, étonnant, puissant, par une des compagnies les plus remarquables du théâtre colombien actuel. En tournée en Europe. Un événement !

Une œuvre émouvante, réalisée avec art et intelligence. Interprétation en tous points excellente !
El Tiempo
Fabio Rubiano parvient de façon géniale à entremêler drame et comédie.
Labio de Liebre invite à rire et à pleurer l’absurde tragicomédie vécue dans un pays plein de contradictions.

Revistas Arcadia
Une mise en scène implacable. Bons et méchants se mêlent, se confondent, évoluent, leurs responsabilités et leurs valeurs interfèrent : dichotomie entre bourreau et victime, affrontement entre pardon et vengeance.
La República